Skip to Content

Fondo de las Naciones Unidas para la Educación, la Ciencia y la Cultura (UNESCO)

Contexte international sur la question du changement climatique.

Dans le document final du sommet des Nations Unies consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après-2015, intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 », l’Assemblée générale des Nations Unies a souligné que « les changements climatiques représentent l’un des plus grands défis de notre temps et leurs incidences risquent d’empêcher certains pays de parvenir au développement durable.

L’élévation des températures à l’échelle mondiale et du niveau de la mer, l’acidification des océans et d’autres effets des changements climatiques ont de graves répercussions sur les zones côtières et les pays côtiers de basse altitude, y compris nombre de pays parmi les moins avancés et de petits États insulaires en développement. C’est la survie de bien des sociétés qui est en jeu ainsi que celle des systèmes biologiques dont la planète a besoin. » (A/RES/70/1, paragraphe 14).

Parmi les 17 objectifs de développement durable (ODD) figurant dans le programme de développement durable à l’horizon 2030, l’Objectif 13 « Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions », ainsi que les cibles qui lui sont associées (voir encadré 1) ont une importance primordiale. En outre, plusieurs autres ODD sont pertinents dans le cadre des efforts de lutte contre le changement climatique.

CONTRIBUTIONS DE L’UNESCO DANS LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE


 S’appuyant sur la Stratégie de l’UNESCO pour faire face au changement climatique, et conformément à sa Stratégie à moyen terme pour 2014-2021 (37 C/4), la contribution de l’UNESCO dans la lutte contre le changement climatique met aujourd’hui l’accent sur les axes d’action thématiques et intersectoriels suivants:  

a)      Connaissances sur le climat, science et culture : par le biais de son Programme hydrologique international (PHI), son Programme international de géosciences (PICG), son Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB), sa Commission océanographique intergouvernementale (COI), son Programme Gestion des transformations sociales (MOST), son Centre du patrimoine mondial (WHC), son Secteur de la communication et de l’information et son Secteur de la culture, l’UNESCO fournit des données, des informations et des outils pertinents dans des domaines clés ainsi que des opportunités en matière d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets, ainsi que de réduction des risques de catastrophe. La COI fournit, par le biais de son Système mondial d’observation de l’océan, un élément clé du système d’observation du climat, qui rend compte de ses activités à la CCNUCC. Par ses travaux dans le domaine des sciences sociales et humaines, de l’éthique et de la culture, l’UNESCO reconnaît et souligne l’importance des savoirs et de la diversité culturels et traditionnels, le patrimoine et la diversité culturels étant des moteurs essentiels de la transformation et de la résilience des sociétés qui sont nécessaires pour faire face au changement climatique et promouvoir le développement durable. L’accent sera mis en particulier sur l’océan, la biodiversité, la sécurité de l’eau et les énergies renouvelables en tant que piliers permettant de comprendre et d’aider à lutter contre le changement climatique et ses conséquences néfastes. Les activités dans ce domaine apportent une contribution significative aux débats du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

b)      L’éducation et la sensibilisation du public au changement climatique : dans le cadre de son action sur l'éducation en vue du développement durable, l’UNESCO aide les États membres à inscrire le changement climatique dans leurs systèmes éducatifs et facilite le dialogue et l’échange d’expériences sur l’éducation au changement climatique. Au titre de son action sur l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP) aux fins du développement durable, l’UNESCO aide les États membres à cerner les compétences qui permettent de relever les défis liés au changement climatique. En développant les capacités des journalistes et des médias dans le domaine du changement climatique, l’UNESCO aide les États membres à mieux faire connaître et comprendre au public les causes et effets du changement climatique, ainsi que les mesures que les pays et les communautés peuvent prendre pour s’adapter aux impacts attendus. Avec plusieurs autres institutions du système des Nations Unies, l’UNESCO œuvre à la promotion de l’éducation et de la sensibilisation au changement climatique dans le cadre d’événements de haut niveau tels que les Conférences annuelles des Parties à la CCNUCC, dans le cadre de l’Alliance des Nations Unies pour l’éducation, la formation et la sensibilisation du public aux changements climatiques. D’autre part, l’UNESCO encourage la collaboration et le partage de connaissances entre les institutions en ce qui concerne l’élaboration de programmes d’EFTP prenant en considération l’écologie en vue de lutter contre les changements climatiques et de favoriser la transition vers des sociétés et des économies durables.

c)      Les PEID : il est hautement prioritaire d’apporter une aide multidisciplinaire aux PEID, l’élévation du niveau de la mer associé aux risques accrus de phénomènes météorologiques extrêmes et à plusieurs autres effets du changement climatique rendant ces pays particulièrement vulnérables.

d)     L’Afrique : il ressort des prévisions du GIEC que l’Afrique est particulièrement vulnérable au changement climatique. En conséquence, l’UNESCO considère qu’il est hautement prioritaire d’aider les États membres africains à prendre des mesures d’atténuation et d’adaptation, dans le contexte global de la promotion de la réduction de la pauvreté et du développement durable.

e)      L’égalité des genres : à travers son Plan d’action pour l’égalité des genres II, l’UNESCO s’est engagée à prendre en considération l’égalité entre les sexes et à appuyer l’autonomisation des femmes dans toutes ses activités relatives au changement climatique, ainsi qu’à plaider en faveur d’une augmentation du nombre de femmes travaillant dans le domaine des sciences et des politiques relatives au climat. 38 C/67 – page 4

f)       Les sites UNESCO : les sites du patrimoine mondial culturel et naturel, de même que les réserves de biosphère et les géoparcs mondiaux, offrent d’excellentes possibilités en matière d’observation du changement climatique et d’action sur le terrain, et mobilisent une grande variété de parties prenantes publiques et privées. Ils offrent également des perspectives exceptionnelles d’unir les efforts en vue d’appuyer la réalisation des ODD de manière globale et efficace.